▷ Comment s'installer comme sophrologue libéral | Officéo
ASSISTANT FREELANCE ACCÈS CLIENT

S’installer comme sophrologue libéral

sophrologue libéral

Le métier de sophrologue est aujourd’hui une profession reconnue à part entière. La Chambre Syndicale de sophrologie indique que 6 millions de Français ont déclaré avoir eu recours à la sophrologie en 2018. Bien souvent, s’installer en tant que sophrologue libéral est une solution afin d’exercer cette activité librement.

 

Je souhaite m’installer en libéral 

Quelles sont les étapes pour s’installer en tant que sophrologue ? Quelle certification professionnelle faut-il acquérir pour pratiquer la sophrologie ? Officéo répond à vos questions.

Qu’est-ce qu’un sophrologue ?

Définition de l’activité de sophrologue libéral

Un sophrologue est un praticien, souvent classé dans ce que l’on qualifie de médecine douce. Un sophrologue agit sur la pleine conscience de l’individu. Cette profession utilise des techniques de développement personnel. Grâce à un travail sur celle-ci, le praticien aide ses patients à mieux gérer leurs tensions émotionnelles.

La sophrologie mobilise différentes méthodes pour agir sur les problèmes émotionnels de leurs clients. Par exemple la relaxologie, regroupant l’ensemble des techniques de relaxation, comme la relaxation dynamique, est utilisée dans le traitement des phobies. La respiration et la visualisation aident à gérer le stress. Le sophrologue peut avoir recours à l’hypnose pour apaiser les troubles du sommeil. La sophrologie contribue à une meilleure gestion des émotions et d’améliorer, ainsi, la confiance en soi.

Une profession reconnue

s'installer comme sophrologue libéralCette médecine douce est souvent pratiquée par des cliniciens et des thérapeutes. Elle est par ailleurs exercée comme méthode complémentaire à une spécialité principale. Des professionnels de la santé, comme les sages-femmes et les infirmiers utilisent des techniques de sophrologie dans l’exercice de leur métier.

Selon l’Union nationale des professions libérales, beaucoup de personnes deviennent sophrologues après une reconversion professionnelle. Plus de 2/3 des sophrologues ont plus d’une quarantaine d’années. La sophrologie est désormais une profession reconnue et enregistrée auprès des organismes de l’Etat. Toutefois elle n’est pas réglementée par la loi. Explications.

Quelles sont les formations ?

Bien choisir sa formation

Pour s’installer comme sophrologue libéral, la détention d’un certificat professionnel parmi ceux enregistrés au répertoire du RNCP (Répertoire national des certificats professionnelles) est nécessaire. Le RNCP recense tous les centres de formations. 

Cet organisme, sous la tutelle du Ministère du Travail, permet de prendre connaissance des nombreux centres de formations en sophrologie. Le titre RNCP n’est pas obligatoire mais il est fortement conseillé. En effet, la Chambre syndicale de la sophrologie indique que les patients ou autres praticiens se réfèrent à ce titre dans leur choix de sophrologue. Inscrit au RNCP, un sophrologue libéral a plus de chances de réussite.

Le site du RNCP répertorie 10 centres de formation en sophrologie :

  • l’Académie de sophrologie de Paris ;
  • l’Ecole des Hautes Etudes de Sophrologie et de bioanalyse ;
  • l’Esophro Formation ;
  • l’Ecole française supérieure de Sophrologie ;
  • le Centre de sophrologie dynamique ;
  • la Fédération des écoles professionnelles en sophrologie ;
  • la formation de Marie Agnès Yvette Depardieu ;
  • l’Institut de formation à la sophrologie ;
  • la formation de Sébastien Borchi ;
  • l’Ecole de Sophrologie.

Le Syndicat des sophrologues professionnels liste sur son site un certain nombre de critères auxquels doit répondre la formation professionnelle. Par exemple, pour une formation complète en bonne et due forme, le nombre d’heures de formation, le tarif et le titre qui sera délivré doivent y figurer. Des formations à distance existent pour plus de souplesse permettant ainsi de ne pas se déplacer aux cours de sophrologie, comme l’Ecole Française de Sophrothérapie.

Ce que dit la loi

s'installer en libéralUn diplôme universitaire de sophrologie peut être délivré en France. Mais attention, un DU n’est pas un diplôme d’Etat, contrairement à la Licence, au Master ou au Doctorat. L’exercice de cette profession est donc libre mais n’est pas reconnu par l’Etat, comme le métier de naturopatheCependant des centaines d’écoles de sophrologie et d’organismes de formation permettent d’obtenir le niveau de qualification pour devenir sophrologue. Même si les lois françaises n’imposent pas de cursus particulier, il parait évident que suivre une formation assure à un sophrologue libéral la pérennité de son activité ainsi que la sérénité de ses clients.

Quelles sont les démarches obligatoires ?

Le statut juridique

Afin de s’installer comme sophrologue libéral, il est indispensable de réfléchir au statut juridique. En fonction de son profil et des besoins, certains statuts sont plus judicieux que d’autres.

L’entreprise individuelle est un choix adapté pour tout sophrologue ne souhaitant pas créer de société. En effet, ce statut se définit par le fait que l’entreprise est la propriété exclusive d’une personne physique. Même si aucune entité juridique n’a été créée, toutes les entreprises individuelles sont inscrites dans le répertoire SIRENE. Ce dernier désigne le registre national de l’INSEE. Toutes les entreprises, associations et organismes créés sur le territoire français y figurent.

Le bénéfice dégagé par l’entrepreneur individuel correspond donc à son revenu. Ce statut propose ainsi beaucoup d’avantages notamment sa simplicité de création et de gestion. Toutes les charges sont déductibles. En revanche, un entrepreneur libéral est entièrement responsable sur ses biens.

L’entreprise individuelle possède une option intéressante pour s’installer en tant que sophrologue libéral : la micro-entreprise. Anciennement autoentreprise, ce régime offre également des formalités simples pour la création d’entreprise. En tant que micro-entrepreneur, le professionnel bénéficie du régime fiscal de la micro-entreprise, du régime micro-social ainsi qu’une exonération ou d’une franchise de TVA. Ce statut peut notamment convenir à des sophrologues souhaitant exercer leur activité tout en conversant un emploi en tant que salarié.

Depuis 2011 le micro-entrepreneur peut bénéficier du statut EIRL, l’entreprise individuelle à responsabilité limitée. Ce statut attribue un patrimoine spécifique à l’activité professionnelle. Ce patrimoine est ainsi séparé du patrimoine personnel du professionnel libéral. Contrairement aux deux régimes précédents, l’EIRL engage une gestion plus rigoureuse et des frais de comptabilité.

L’immatriculation

En tant que profession libérale, un sophrologue indépendant doit se déclarer au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dans les 8 jours suivant le début de son activité. Le formulaire est accessible sur le site et peut être fait en ligne. Le CFE permet ainsi de simplifier les démarches administratives puisqu’il regroupe celles de cinq services publics que sont : l’URSSAF, le centre des impôts, la caisse d’assurance-maladie, la caisse d’assurance vieillesse des professions libérales.

Où s’installer ?

S’installer comme sophrologue chez soi

s'installer comme sophrologue libéralPour s’installer en tant que sophrologue libéral, il est important de choisir le futur local. Certaines professions libérales font le choix de pratiquer leur activité à domicile. En effet, cela réduit les frais occasionnés par l’achat ou la location d’un local. Dans un premier temps, le bail ne doit contenir aucune clause l’interdisant. Etre propriétaire au sein d’une copropriété peut aussi réglementer l’installation d’un local professionnel. Dans un deuxième temps, des critères comme le nombre d’habitants de la ville, le département ainsi que le type d’activité sont à prendre en compte pour le lieu d’exercice d’une activité.

Pratiquer la sophrologie chez les clients

Etre sophrologue à domicile est tout à fait envisageable. Tout l’exercice à domicile, cette solution permet une certaine économie. Cependant pour intervenir à domicile, le sophrologue doit disposer idéalement d’un véhicule. Néanmoins pour éviter de grandes distances et des dépenses en carburant trop coûteuses, la zone d’intervention doit être clairement définie.

Ouvrir un cabinet de sophrologie

L’ouverture d’un local professionnel dédié à l’exercice d’une activité professionnelle reste la solution la plus classique. Pour réaliser quelques économies, le partage de local est une possibilité. L’installation avec d’autres professionnels est également une manière de mieux se faire connaître en début de carrière. S’il s’agit d’un cabinet où pratiquent uniquement des sophrologues, l’installation se fait généralement sans embûche. La profession étant non réglementée, cela n’implique pas des règles spécifiques à respecter. En revanche, si un sophrologue libéral souhaite partager un cabinet avec des professions réglementées comme médecin ou dentiste, il doit consulter la réglementation et la déontologie des praticiens.

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour vous installer en tant que sophrologue libéral !


Contre les migraines administratives, Officéo est votre remède ! Officéo est votre remède !

J’ai besoin d’une assistance administrative


Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que des cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de personnalisation et de reciblage publicitaire.


En savoir plus et paramétrer les cookies.

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo