▷ L'impartition : clé de croissance de votre entreprise | Officéo
ASSISTANT FREELANCE ACCÈS CLIENT

Qu’est-ce qu’une stratégie d’impartition

et comment l’intégrer dans une dynamique de croissance

assistante-pme-rapideL’impartition, ou externalisation, permet de repenser les enjeux économiques et stratégies d’entreprise. Avec la rigueur appropriée, ce levier de croissance peut devenir la clé de résultats concluants pour le développement d’une activité administrative, économique  ou technique, en entreprise. Revenons sur les enjeux de l’impartition, sa mise en place et les stratégies possibles.

Première définition de l’imparition

Le Robert historique (1993) précise que le mot impartition avait à l’origine le sens d' »action d’accorder une grâce ». Aujourd’hui plus largement utilisé au Canada et accepté en français, le terme d’externalisation est toutefois plus volontiers employé dans les usages courants.

L’impartition est synonyme de l’externalisation des activités non essentielles et non productives de revenus. Cet outil de gestion stratégique se traduit par la restructuration d’une entreprise en conséquence d’une telle segmentation. Le terme d’impartition implique en effet un mode d’externalisation partielle ou complète des fonctions concernées.l'impartition en entreprise

Principe de micro-économie, l’impartition (ou externalisation) est une solution qui trouve, en dehors du cadre organisationnel, les biens et les services jugés intermédiaires ou instrumentaux par rapport aux finalités de l’entité. Véritable levier de gestion stratégique (et de libération) pour beaucoup de petites et moyennes entreprises, les grandes structures y ont également recours.

Les grandes entreprises ont développé une application de l’impartition/externalisation concentré sur la chaîne de réalisation des composantes centrales de l’activité corporative. Les chaînes vastes et complexes de production, de distribution et d’organisation des activités avec la clientèle ont été des terrains d’expérimentations et utilisations divers. Dans le contexte de la mondialisation économique et de la diversification des instruments s’ajoute fréquemment une dimension de délocalisation géographique.

L’impartition, l’externalisation : quelle stratégie ?

Face à la pluralité des stratégies possibles, revenons sur les différents scénarios envisageables selon les objectifs économiques et sociaux de chaque entreprise.

La franchise

La franchise est un contrat par lequel une entreprise concède à une autre entreprise indépendante, contre redevance, le droit de se présenter sous sa marque ou raison sociale. Le but est de vendre des produits ou des services. La mise en place d’une franchise est accompagnée d’une assistance administrative et technique du franchiseur. Une adhésion au concept de vente du franchisé est impérative.

Les types de franchise se répartissent de la sorte :

  • Industrielle : le franchiseur est un industriel qui concède un droit d’exploitation de sa marque et de son savoir-faire à un autre industriel indépendant.
  • Services : le franchiseur diffuse une méthode ou un savoir-faire.
  • Production : le franchiseur est un producteur qui commercialise ses produits dans les magasins exploitant sa marque et sa renommée.
  • Distribution : le franchiseur est un grossiste qui développe une idée, un concept, et diffuse la collection auprès de ses fournisseurs.

La sous-traitance

La sous-traitance est un choix économique de production. Un donneur d’ordre confie l’intégralité ou une partie de ses activités à une autre entreprise. Pour répondre à un besoin défini, l’entreprise « donneuse d’ordre » sous-traite à d’autres entreprises « sous-traitantes » une partie des étapes de la fabrication ou production de services. L’entreprise sous-traitante réalise un travail en conformité à un cahier des charges mis en place par l’entreprise donneuse d’ordres.

Les principales caractéristiques de cette forme de collaboration :

  • L’entreprise sous-traitante garantie les débouchés de la collaboration ;
  • La nature de la production est déterminée par le donneur d’ordres qui a réalisé les études préalables et appropriées. Les normes et spécifications sont précisées à l’entreprise sous-traitante en ce sens ;
  • Un lien de subordination avec l’entreprise donneuse d’ordre est maintenu.

Pour les entreprises, la sous-traitance permet de bénéficier d’une compétence administrative ou technique spécifique. À cette occasion, une croissance dans la souplesse et le fonctionnement de l’entreprise devient possible au vu de la technologie apportée par le sous-traitant.

La concession et l’agrément

La concession implique la réservation de produits d’un fournisseur à un commerçant, à la condition d’acceptation d’un contrôle commercial, comptable et parfois financier défini par le fournisseur. L’entreprise ou le commerçant s’engage dans ce partenariat économique à s’approvisionner exclusivement chez ce fournisseur.

La concession peut-être sélective ou exclusive. Dans le premier cas, la couverture du marché est plus limitée mais parfois plus qualifiée. Dans le second cas, une clause d’exclusivité est imposée.

Avec une stratégie d’agrément, aucune exclusivité n’est requise. L’agrément s’inscrit dans le cadre d’une politique de distribution intensive qui consiste à distribuer les produits dans un grand nombre de points de vente. Dans le cadre d’une politique d’agrément, le concédant n’interdit pas la désignation d’autres distributeurs dans une zone attribuée au concessionnaire. De son côté, concessionnaire ne s’engage pas à ne pas vendre de produits concurrents.

Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)

Un Groupement d’Intérêt Économique (GIE) rassemble des personnes physiques ou morales, sous l’exerce d’une activité économique commune. Les unités de vente, les services d’importation ou d’exportation, le centre de recherche, etc. sont rassemblés sous le GIE. Deux personnes au moins permettent de constituer un GIE, mais il n’est pas possible d’employer plus de 500 employés ou de constituer une filiale.

Les avantages et inconvénients de l’impartition

Les principaux avantages recherchés

Le bilan des expériences d’externalisation par la sous-traitance dénonce que les sociétés délestées des aspects de fonctions internes améliorent à court terme leurs conditions de fonctionnement global et parfois leur rendement.

L’entreprise est alors capable de se concentrer au mieux sur les finalités et les compétences distinctives internes. L’effet de ce délestage par l’impartition créer une situation qui permet de considérer des restructurations d’entreprise opportunes autour de l’activité principale. Ces ressources peuvent être finalement consacrées à des activités estimée comme ayant un potentiel de croissance plus stratégique. En conséquence, le bon fonctionnement et le contrôle de la qualité des rouages sur lesquels peut alors se concentrer l’entreprise.

Les principaux inconvénients constatés

De la même manière, cette distanciation voulue par un changement de paradigme constitue parfois un inconvénient. L’impartition pratiquée à un certain degré peut être ressentie comme une perte d’acuité des informations véhiculées. En conséquence, l’impartition peut être perçue comme une privation de moyens de détection et d’interaction pour contrer  des dynamiques au potentiel d’impact négatif.

Par ailleurs, l’exercice direct de responsabilité transactionnelle permet de saisir les potentiels signaux de réussite ou d’échec. Ainsi, certaines alertes peuvent être ratées et conduire à des situations déstabilisantes qui n’auraient pas lieu d’être en cas de régie direct en interne.

Enfin, l’entreprise qui choisi l’impartition (ou externalisation) n’est plus incitée à acquérir des compétences propres à l’évolution des problématiques en interne. Si rien n’est organisé en ce sens, certaines aptitudes peuvent se perdre.

Ainsi, l’impartition, loin d’être une formule idéale de réduction des coûts est une formule exigeant une rigueur toute particulière. La plupart des rapports professionnels à ce sujet recommandent aux entreprises intéressées par ce mode de fonctionnement de penser à une structuration des métiers appropriée et suivre un développement en deux étapes.

Mise en application de stratégie d’impartition

Une stratégie d’impartition en deux étapes comme le suggèrent certains rapports est une possible clé d’organisation pour des résultats positifs à plusieurs niveaux. Sources tirées des ouvrages de Y. Pesqueux et M. Bounnafous-Boucher, Décider avec les parties prenantes, et J. Le Ray, Gérer les risques.

Première étape d’externalisation

Dans un premier temps, il s’agit de distinguer et définir les activités qui doivent nécessairement s’effectuer en interne. Elles sont à distinguer des activités qui peuvent ou doivent s’exercer en externe.

Suite à cette identification, une campagne d’appel d’offres est à considérer. Les différentes offres de services reçues peuvent alors ouvrir la voie vers une mise en place d’externalisation.

Deuxième étape d’externalisation

Après cette recherche d’externalisation et le choix du sous-traitant fait, il est temps de négocier les contrats et les prix. La transition des activités est alors à gérer en fonction du temps consacré au déploiement de cette solution. Il s’agit de créer et maintenir une relation appropriée entre le maître d’oeuvre et le maître d’ouvrage.

Cas particulier de stratégie d’impartition

L’impartition en comptabilité

Vous l’aurez compris, l’impartition peut affecter de nombreux départements d’entreprise. Du pôle RH avec une impartition de personnel, à l’impartition marketing ou informatique en passant par une impartition des achats. Concentrons le propos sur l’exemple de l’impartition (ou externalisation) de services comptables.

Dans le cadre d’une externalisation de comptabilité, les interventions et services varient d’un prestataire à l’autre. Voici un échantillon des possibilités, à titre informatif, pour refléter les propositions du marché :

  • Compilation des données comptables ;
  • Préparation des états financiers (trimestre, mois) ;
  • Assistance de production pour la déclaration des taxes ;
  • Préparation du registre de paie ;
  • Tenue des livres comptables ;
  • Soutien aux conformités ;
  • Gestion de logiciel comptable et assistance du personnel comptable présent en interne ;
  • Contrôle de conformité des taxes et exercices avec production de rapports financiers.

L’impartition dans le secteur public

Nous avons parlé d’externalisation en entreprise, pour autant, l’impartition peut être aussi envisagée dans le secteur public. Les conditions de réalisation sont plus complexes, de part cet emprunt de pratiques associées traditionnellement à des innovations dans l’économie de marché plutôt que le service public.

En effet, les enjeux sont plus exigeants :

  • Gestion des droits et devoirs des citoyens concernés ;
  • Garantie de fiabilité et prévisibilité inconditionnelle du fonctionnement et des produits du publics ;
  • Ouverture des informations et transparence de l’administration ;
  • Responsabilité des dirigeants politiques ayant validé la stratégie ;
  • Commandements de normes pour les processus de production et prestation des services publics mais aussi des citoyens qui en bénéficient.

Les opérateurs d’une telle stratégie se doivent d’être formés à l’éthique du service public et de la relation avec les citoyens. Ceci, en plus d’une connaissance des techniques de sous-traitance partielle pour éviter une réplication identique des pratiques en entreprise.


Besoin d’une solution premium, souple et experte pour externaliser vos fonctions supports ? Vous êtes à la recherche d’un soutien administratif ou d’une externalisation en entreprise ponctuelle ? Officéo vous accompagne et vous apporte la bonne solution.

Ca m’intéresse


Pour en savoir plus 

Sur les stratégies en entreprises
Sur l’externalisation des services en entreprise
  • Pourquoi choisir de délocaliser ses activités en entreprise ? 
  • Pourquoi faire une externalisation comptable ?
  • Pourquoi faire une externalisation de la logistique ? 
  • Pourquoi externaliser la production ? 
  • Pourquoi externaliser les ressources humaines ?
Sur la mise en place d’une stratégie d’externalisation

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que des cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de personnalisation et de reciblage publicitaire.


En savoir plus et paramétrer les cookies.

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo