▷ Devenir travailleur indépendant | La solution Officéo
ASSISTANT FREELANCE ACCÈS CLIENT

Comment devenir travailleur indépendant ?

Devenir travailleur indépendant est un objectif que beaucoup ont en tête. En effet, obtenir la liberté et l’indépendance financière fait rêver. Qui plus est, travailler à son compte signifie avoir le choix quant à ses horaires, sa charge de travail et son temps libre. Un statut qui dès lors, fait beaucoup d’envieux… mais alors, comment devenir travailleur indépendant ? Est-ce si simple ? Et quelles sont les procédures à faire si l’ont souhaite en devenir un ? Officéo vous dit tout afin de bien vous lancer.

devenir travailleur indépendant

I- Qu’est-ce qu’un travailleur indépendant ?

Le travailleur indépendant, est, comme son nom l’indique, un travailleur qui ne dépend de personne au niveau hiérarchique. Propriétaire de son affaire, il est le seul maître à bord. Sa principale caractéristique est son autonomie car il n’a pas de contrat de travail. Il doit trouver lui-même ses clients et savoir les garder afin de développer sa clientèle. Clientèle qui est la source de ses revenus dont il dépend pour vivre.

1. Les avantages du travailleur indépendant

La principale raison qui pousse de nombreuses personnes à se lancer dans l’aventure de l’indépendance, c’est la liberté que ce statut procure. N’étant soumis à aucun lien de subordination, l’indépendant décide des missions qui l’intéressent le plus et choisit ses tarifs après négociation avec son client. Travaillant seul, il n’a pas de contrainte horaire (hormis les délais fixés avec ses clients) et décide de son volume de travail.

2. Qui peut devenir travailleur indépendant ?

Pour être un travailleur indépendant, il faut posséder une grande autonomie et une discipline rigoureuse. En effet, personne n’est derrière lui pour lui rappeler ses échéances. Il faut qu’il puisse se prendre en main et sache s’organiser pour rendre son travail en temps et en heure. C’est en soumettant un travail de qualité, et en possédant un contact facile et agréable avec ses clients, que l’indépendant commencera à se faire un carnet d’adresse et pourra réellement vivre de son activité.

3. Partir du bon pied pour devenir indépendant

  • Il faut avoir une idée. Pour devenir indépendant, il convient de commencer par définir son projet de façon aussi précise que possible.
  • Pour être certain que son projet soit viable, il faut au préalable réaliser une étude de marché. Le futur indépendant doit prendre en compte les moyens financiers et matériels dont il dispose.

contact Officéo

II- Quelles sont les démarches ?

Les démarches pour devenir auto-entrepreneur sont plutôt simples par rapport à la création de sociétés qui nécessitent des formalités plus lourdes. Les démarches à effectuer varient en fonction de la forme juridique choisie. Il faut aussi savoir que l’auto-entrepreneur doit ouvrir un compte dédié à son activité qui doit être séparé de son compte personnel. Dans le cas d’une société, il faudra qu’il dépose le montant son capital social à la banque pour pouvoir immatriculer son entreprise.
Une fois ces étapes effectuées, il ne lui restera plus qu’a lancer son activité, pour décrocher des contrats, et rencontrer ses premiers clients pour engranger ses premiers revenus.

1. Quel statut pour le travailleur indépendant ?

Plusieurs formes juridiques existent. Il faut être rigoureux quant à son choix et prendre le statut le plus approprié à son projet. Il est vivement conseillé de faire appel à un spécialiste ou quelqu’un d’expérimenté, de façon à ne pas commettre d’impair.

Info utile : Les demandeurs d’emploi se lançant dans la création d’entreprise ont droit à des consultations gratuites auprès d’experts.

L’entreprise individuelle : Comme son nom l’indique, une entreprise individuelle est sous la direction d’un seul individu. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’elle ne dispose pas de salariés. Se trouvant dans le registre du commerce ou dans le répertoire des métiers, divers éléments la caractérisent.

L’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) : L’EURL est une entreprise qui est constitué d’un seul associé. La constitution de son capital social ne nécessite pas un minimum à atteindre étant donné que ce critère a été supprimé. Son versement se fait sur le compte au nom de la société et peut se faire en deux temps à savoir lors de sa création avec la moitié du capital et durant un délai de 5 ans pour le reste.

La SARL (Société à Responsabilité Limitée) : Comme son nom laisse transparaître, cette forme de société est caractérisée par une limite de certaine de ses fonctions. Au niveau fiscal, les bénéfices obtenus au sein d’une SARL sont assujettis à l’impôt sur les sociétés (ou impôt sur le revenu dans certains cas).

L’EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée) : A première vue, il peut être considéré comme identique à l’entreprise individuelle. Pourtant, certaines caractéristiques le diffèrent de cette dernière. Il y a avant tout les obligations sur les dossiers commerciaux ainsi que ses diverses responsabilités qui sont plus restreintes. D’un autre côté, son atout réside dans la possibilité de recourir à l’imposition de ses bénéfices à l’impôt sur les sociétés.

2. Les différents régimes fiscaux

Régime de micro-entreprise : Régime fiscal ultra-simplifié ouvert aux entreprises individuelles (EI), aux EIRL et aux EURL dont le chiffre d’affaires prévisionnel ne dépasse pas 27 000 €. Ce régime permet de ne pas facturer de TVA mais, en contrepartie, il interdit de récupérer la TVA sur les achats.

Régime réel simplifié : Il faut publier un bilan annuel et les comptes de résultats avec ce régime. Le régime réel simplifié permet de facturer la TVA et récupérer la TVA sur les achats. En fonction des produits et des services, la taux de la TVA va varier.

3. Les aides possibles

ACCRE (aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise) : Tout chômeur peut bénéficier de l’ACCRE. S’il fait ce choix alors ses revenus sociaux seront maintenus pendant une durée d’au moins 6 mois. Il est aussi possible d’obtenir une aide financière au titre d’Encouragement au Développement d’Entreprises Nouvelles. Ils peuvent également bénéficier d’une réduction d’impôt spécifique. Enfin, les chômeurs peuvent rencontrer de façon gratuite des experts qui pourront les guider dans leurs démarches.

Congé pour création d’entreprise : Il est possible, pour les salariés, d’obtenir un congé pour création d’entreprise. Ce congé est d’une durée de 1 an renouvelable une fois. Ils peuvent ainsi retrouver leur poste actuel si leur projet n’aboutit pas. Dans le cas où ils montent leur projet tout en restant à leur poste, ils peuvent être exonérés de certaines cotisations.

Personne handicapée : Obtenir un soutien financier est possible pour les personnes handicapées. Cela dépend du degré et de la nature de l’handicap.

4. Formalité immatriculation

Comment bien s’immatriculer ?

Auprès du centre de formalités des entreprises de votre Chambre de commerce et d’industrie

Ou en ligne depuis :

– Infogreffe

Auto Entrepreneur, un service des Urssaf 

Guichet-Entreprises


Envie d’en savoir plus sur les aventures de l’auto-entreprenariat ? Ceci pourrait vous intéresser :

Pour en savoir plus, contactez-nous au 01 49 70 98 63 ou laissez-nous vos coordonnées en cliquant sur « NOUS CONTACTER » ci-dessous.

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que des cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de personnalisation et de reciblage publicitaire.


En savoir plus et paramétrer les cookies.

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo