Interview avec Blandine, l'assistante Officéo que les avocats vont adorer
DEVENIR ASSISTANT ACCÈS CLIENT

Interview avec Blandine, l’assistante Officéo que les avocats vont adorer

Nous rencontrons aujourd’hui Blandine, freelance chez Officeo. Blandine connait très bien l’univers des cabinets d’avocats dans lesquels elle a évolué presque 20 ans.
Elle nous dira tout sur le métier d’assistante juridique et comment elle rend service à ses clients.

 

Bonjour Blandine, raconte-nous d’où tu viens…

A l’origine, je suis assistante juridique. Après avoir obtenu mon BTS option secrétariat juridique, j’ai décidé de faire l’ENADEP, l’école de référence pour former à ce métier, en cours du soir. J’ai travaillé dans différents cabinet d’avocats, de différentes tailles, à Nîmes et à Paris.

 

Et alors, ça t’a plu ?

Oui j’aime bien le droit, j’y suis restée 18 ans ! Grâce à ce métier, j’ai eu l’opportunité de travailler dans des grands cabinets tels que Lamy Lexel, des cabinets de taille intermédiaire comme Nomos, des cabinets individuels et aussi pour des Avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de Cassation. D’assistante juridique en équipe resserrée autour d’un ou 2 associés, j’ai managé une équipe d’assistantes en soutien à 2 associés et 12 collaborateurs. Des environnements variés mais qui ont tous pour point commun d’être exigeants.

 

Qu’y faisais-tu au quotidien ?

Les avocats facturent au temps passé. Donc très naturellement, ils se déchargent de l’administratif qui leur prend du temps non-facturable. Concrètement, relectures, corrections d’actes en vue d’une audience, mises en page, scan de documents clients, envoi par RPVA. Aussi beaucoup de tâches à la demande en fonction des plaidoiries car souvent les avocats travaillent dans l’urgence donc il faut aller vite. On m’a aussi confié la facturation des clients à effectuer avec le logiciel Ciceron, la gestion des agendas très importante car il s’agit de bien avoir en tête les différentes échéances pour déposer les dossiers dans les temps.

 

Et maintenant, comment es-tu devenue freelance ?

J’ai quitté l’emploi salarié puis j’ai décidé de créer ma propre structure le 1er avril 2015 très précisément (le jour de l’anniversaire de ma fille 🙂 ). J’ai connu Officeo quelques mois plus tard grâce au site de Village de la Justice et j’ai trouvé séduisante l’idée de pouvoir gérer son temps, ses horaires, son volume de travail tout en délivrant une mission de qualité pour les clients. C’est une manière de travailler beaucoup plus souple que l’intérim.

 

Quels types de missions réalises-tu pour les clients Officeo ?

Assez peu d’assistanat juridique finalement ! J’ai pris en charge un déménagement pour un cabinet d’avocat: archivage, classement, cartons, gestion des contrats (Internet, téléphonie), commande de nouvelles cartes de visite, etc. donc plutôt une mission d’office management.
Pour un dirigeant de société spécialisée dans la distribution de matériel médical, j’assure le suivi des commandes, l’expédition, la facturation auprès des clients hôpitaux, les retours et les relances entre la maison mère en Allemagne et les clients. Il s’agit de mettre en place une structure logistique pérenne. Le dirigeant l’avait en tête, sans jamais avoir le temps de la mettre en place. Maintenant c’est fait !

 

Le mot de la fin ?

Je trouve qu’il est dommage que tant de sites proposent de payer pour mettre en relation le client et l’assistante. Ce modèle n’a pas grande efficacité à mes yeux et il est gênant plus qu’autre chose. On ne devrait pas avoir à payer pour travailler !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez que des cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de personnalisation et de reciblage publicitaire.


En savoir plus et paramétrer les cookies.

Nous avons bien reçu votre demande d’information.
Notre conseiller clientèle vous rappellera conformément à votre souhait.
Nous vous remercions de votre confiance !

L’équipe Officéo