ASSISTANT ?
Par ici
ENTREPRISE ?
Une question ?
Cliquez-ici
Ou appelez-nous
01 49 70 98 63
(lun-ven / 9h-19h)
ENTREPRISE ?
Contactez-nous
ASSISTANT ?
Par ici
01 49 70 98 63 (lun-ven / 9h-19h)phone (1)phone-hover (1) On vous rappelle ?picto-formulaire-clientpicto-formulaire-client-hover

Métaverse : Quels métiers y aura-t-il dans le futur

Un simple rêve pour les geeks ou une véritable partie du monde du travail de demain ? Dans cet article, nous allons voir à quoi pourraient ressembler les emplois dans le metaverse et tout ce qu’il y aurait à faire.

Comment fonctionne le métaverse ?

L’entrée dans le Metaverse commence par un petit défilé de mode. On habille son avatar d’un t-shirt ou d’un sweat à capuche, d’un jean slim ou d’un pantalon de sport, on choisit un accessoire sympa et on lui donne une barbe de hipster. Puis l’ordinateur vous catapulte sur Genesis Plaza, une place autour de laquelle sont disposés trois panneaux géants annonçant des événements. Il ne faut pas plus de dix secondes pour que cette place un peu aseptisée, aux allures de Disney, soit peuplée d’avatars.

Genesis Plaza est le centre du jeu Decentraland, mais aussi le point de départ des visiteurs. De là, on peut se rendre dans d’autres endroits du jeu. Sur le navigateur de l’ordinateur ou, idéalement, avec des lunettes VR sur la tête, on peut s’immerger et plonger dans des mondes virtuels. Cela rappelle un peu le jeu Second Life, qui comptait un million d’utilisateurs à son apogée en 2007.

Decentraland est divisé en plusieurs districts thématiques, eux-mêmes composés de parcelles individuelles. Le district de Vegas City, par exemple, comprend un certain nombre de casinos et de centres commerciaux. Le district Festival accueille des événements en direct (récemment, Paris Hilton s’y est produite avec son avatar dans le cadre du « Metaverse Festival »), tandis qu’à Altix (anciennement Dragon Kingdom), l’utilisateur peut flâner dans des temples chinois.

Les utilisateurs au centre du métaverse

Le jeu, qui fonctionne sur la blockchain Ethereum, rassemble l’une des communautés à la croissance la plus rapide du réseau. La particularité de ce jeu : Les utilisateurs peuvent façonner eux-mêmes le monde virtuel. Ils peuvent acheter des terrains ou des accessoires pour leurs avatars, construire des maisons, assister à des cours ou faire du shopping. Le paiement se fait en crypto-monnaie.

Des marques de mode comme Gucci, Prada et Ralph Lauren ont ouvert leurs propres boutiques virtuelles. Decentraland est un endroit cher, plus cher que certains quartiers commerçants de Paris ou de New York. Les prix des terrains sont fous : en juin, 259 parcelles ont été vendues aux enchères pour l’équivalent de 913 000 dollars.

Un énorme engouement s’est créé autour du metaverse, dont l’expression a été donnée pour la première fois dans le roman Snow Crash de Neal Stephenson en 1992. Mark Zuckerberg veut transformer Facebook en entreprise Metaverse et créer ainsi 10 000 nouveaux emplois en Europe, des crypto-jeux comme The Sandbox ou Axie Infinity misent également sur l’univers numérique parallèle.

Un vrai lieu de travail ?

Dans le Metaverse, les utilisateurs peuvent vendre ou louer des terrains, échanger des biens virtuels comme des objets pour avatars ou louer des espaces publicitaires. Comme dans le roman Snow Crash, où le protagoniste Hiro passe du statut de livreur de pizza à celui de propriétaire d’une maison dans le metaverse, le locataire d’un étroit ‘appartement d’une pièce dans Decentraland peut devenir un grand propriétaire terrien.

La Chinoise Ailin Gräf, qui possédait en 2007 dix pour cent des terres disponibles avec son avatar Anshe Chung et qui a été qualifiée de « Rockefeller de Second Life » par CNN, est devenue millionnaire dans le jeu. Les exploitants de casinos virtuels peuvent aujourd’hui générer un revenu passif. Mais à l’avenir, le metaverse pourrait ne pas être qu’un joli complément de revenus pour les crypto-aficionados, mais devenir un véritable lieu de travail.

Voici quelques idées d’emploi

Un « styliste du metaverse » pourrait donner des conseils de mode et acheter des vêtements numériques afin que l’avatar soit habillé avec style et que l’on ne rate aucune tendance. Il est également possible de gagner de l’argent en tant que DJ pour des festivals virtuels. Des conseillers financiers pourraient donner des conseils d’investissement et des guides touristiques pourraient faire visiter des musées et des galeries virtuels. De nombreux guides de ville et guides touristiques se sont retrouvés au chômage suite à la pandémie. Dans le Metaverse, il n’y a cependant pas de couvre-feux ni de règles d’hygiène, quiconque le souhaite peut se joindre à une visite virtuelle depuis n’importe quel endroit de la planète. Cela fait du Metaverse un environnement de travail intéressant.

Le marketing et la publicité auront aussi beaucoup de métier à proposer car le métaverse offre un pannel important de nouvelle manière de communiquer avec des clients et des prospects. Vous pouvez en apprendre davantage sur le sujet en cliquant sur le lien.

Selon une étude qui présente différents scénarios d’avenir du travail, les « nomades du savoir » pourraient travailler dans le metaverse comme traducteurs, coachs d’apprentissage ou concierges.  La question est de savoir comment réguler l’espace virtuel. Comment les pauses sont-elles réglementées ? Des conventions collectives sont-elles applicables ? Quelle est la sévérité de la protection contre le licenciement ? Peut-on créer un comité d’entreprise ? Si nous vivons bientôt dans le metaverse, comme le prédit le patron de Facebook, ces questions doivent être résolues rapidement.

4.6/5 - (8 votes)
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les informations saisies sur ce formulaire vous permettent de laisser des commentaires. Conformément au RGPD, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression de ces données. Pour l’exercer, vous pouvez envoyer un e-mail à l’adresse suivante : contact@officeo.fr